Retour AccueilChristian Rolland éditions
0 article(s)



Collections
Passeport Danse
Les bases pour débutants
UD Éditions /
Réfer-Danses

Les références techniques
UltraDanse
Les textes et récits principalement sur la danse
Images et Danse
Des livres avec des photos en couleur
La Vie Danse
Les textes et récits avec peu de danse
Cartes postales
Des cartes de danse

Informations

 


Frankie Manning, l'ambassadeur du lindy hop
par Frankie Manning et Cynthia R. Millman

Préface
par Mercedes Ellington

Ce sera probablement l’un des avant-propos les plus courts de tous les temps pour des raisons qui apparaîtront dès que vous aurez entrepris la lecture de ce livre (si cela n’est pas déjà fait). Il est en effet difficile d’en interrompre la lecture car même les libellés de chapitre piquent la curiosité.

On peut sentir toute l’énergie jaillir de chaque page. Dès qu’on commence à se plonger dans cette manière qu’a Frankie Manning de danser sur la piste, il n’y a aucun moyen de s’en détourner, sauf si l’on désire s’octroyer un moment pour reprendre sa respiration avant de s’y jeter de nouveau.

Frankie relate le voyage de sa vie d’un ton vif, avec entrain et humour, ainsi que le discernement d’une longue carrière et celle de l’expérience d’une vie riche en péripéties. Il fait aussi la chronique d’une pléthore d’informations importantes tout en mettant en relief bien des gens et événements qui ont été oubliés ou qui n’ont reçu que peu d’attention. Le livre de Frankie est un cadeau magnifique non seulement pour le monde de la musique et de la danse mais aussi pour les historiens. Il est l’exemple parfait de la réalisation du vieil adage africain : « Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les récits de chasse glorifieront toujours les chasseurs. »

Ces pages reflètent le fait que Frankie aille droit au but lorsqu’il danse. Il a été élevé au rang de légende après des années de quête des meilleurs défis techniques, de peaufinement de sa discipline et la création par inadvertance d’une des formes d’art à laquelle l’Amérique tient le plus. Il est à noter que, comme la plupart des autres pionniers, il n’a pas commencé avec l’objectif d’accéder au statut de légende ; c’est un statut qui n’est ni facile, ni automatique à atteindre, contrairement à ce que tant d’émissions de télé-réalité actuelles veulent vous faire croire. Son idée était simplement d’utiliser son talent et son attrait pour la danse pour créer les enchaînements les plus stupéfiants sur une piste de danse.

Le temps que je devienne une jeune habituée de l’Apollo Theatre, Frankie avait déjà quitté les lieux depuis longtemps. Ma grand-mère maternelle -- c’est elle qui m’a élevée -- me déposait dans les mains de mon père, Mercer, à l’entrée des artistes de 126th Street puis, à son tour, il me déposait dans l’un des sièges d’orchestre du public avec les femmes de certains des musiciens. Alors, je restais assise en extase toute la journée et une partie de la nuit à regarder le Duke Ellington Orchestra alterner les sets avec quelques films du moment (format standard pour la plupart des salles de spectacle ouvertes en journée). Je me sentais comme la gamine la plus chanceuse du monde tandis que je me goinfrais de sacs de popcorn et d’autres gâteries interdites tout en regardant les spectacles et que je partageais la nourriture apportée par les épouses des musiciens.

Je découvris Frankie des années plus tard, non loin de l’Apollo, dans un restaurant familial appelé Well’s où The Harlem Renaissance Band, l’un des meilleurs big bands de dix-huit musiciens, jouait chaque lundi soir. Je faisais des recherches pour un spectacle de Broadway que l’on m’avait chargé de chorégraphier et Ernie Smith m’avait conduite à ce haut lieu du jumpin’jive. J’ai finir par demander à Frankie d’être consultant dans le cadre de ce spectacle (Play On !, conçu et dirigé par Sheldon Epps avec des arrangements de la musique de Duke Ellington par Luther Henderson, un collaborateur et arrangeur de longue date pour le Duke Ellington Orchestra). J’ai ainsi ressenti par moi-même une partie de l’énergie, de la créativité et de l’inspiration véhiculées dans ce récit du swing dans l’histoire.

Chapitre après chapitre, la vie de Frankie dévoile des intrigues secondaires entrelacées et intégrées dans leur contexte historique. Avec une incroyable clarté, Frankie rétablit la vérité sur plusieurs événements et rend à d’autres le juste mérite pour avoir contribué à la création de cette danse que nous appelons swing, jitterbug ou lindy hop. Cet aspect propre au livre est particulièrement important pour nos jeunes dont certains sont actuellement empêtrés dans une colère sans racines, ainsi que pour tout ceux d’entre eux qui ont besoin d’en savoir plus sur le somptueux héritage que Frankie a contribué à créer.

Il n’y a presque aucun endroit dans ce monde qui n’ait été visité par Frankie et que sa main n’ait touché. J’étais invitée en Suède, à Stockholm, à l’occasion d’un hommage à mon grand-père. Il y avait un spectacle de musique et de danse dans le grand hall où les prix Nobel étaient décernés. Tandis que j’étais assise là, à regarder les danseurs locaux qui exécutaient méticuleusement des enchaînements familiers, je me suis dit : « Frankie est venu ici ! »

Par ce livre, Frankie continuera à être présent ici, là-bas et partout dans les esprits et les coeurs (et les pieds) du monde entier.


Présentation - Couverture - Table - Préface - Feuilleter - Bonus - Errata
© Copyright Christian Rolland Editions - Mentions légales et CGV